Le blog Femat

Comprendre le rôle de l’inertie thermique

Dès que l’on évoque la consommation d’énergie, les termes d’isolation, d’étanchéité, d’aération ou encore d’inertie thermique reviennent très souvent. C’est particulièrement sur ce dernier que nous allons nous pencher, afin de comprendre ce qu’il signifie et le rôle qu’il joue dans notre habitat.

Inertie thermique

Qu’est-ce que l’inertie thermique ?

L’inertie thermique est la capacité qu’un bâtiment détient pour emmagasiner puis restituer la chaleur de manière diffuse. Pour faire simple, plus un bâtiment dispose d’une inertie thermique importante, plus ce dernier se réchauffe et se refroidit lentement.

 

Quelle différence entre l’inertie thermique et l’isolation ?

Il ne faut pas confondre isolation et inertie thermique. L’isolation a pour rôle de conserver la température au sein de l’habitat en empêchant la chaleur ou le frais de sortir, et de rentrer.

L’inertie ne bloque pas l’énergie puisqu’elle sert au contraire à la diffuser. Par exemple, lorsque la température se rafraîchit, une paroi avec une forte inertie thermique distribuera la chaleur qu’elle avait emmagasinée lorsqu’il faisait plus chaud, permettant ainsi de réaliser des économies d’énergie.

 

A quoi sert l’inertie thermique ?

Un bâtiment ayant une forte inertie thermique sera un bâtiment plus économe en énergie. En effet, l’inertie thermique d’un bâtiment permet le déphasage thermique : un décalage dans le temps, par rapport aux températures extérieures.

Cela signifie que lorsque l’on chauffe une maison, les matériaux à forte inertie, comme les mûrs, les dalles, etc., emmagasinent de la chaleur. Ainsi, même après avoir coupé la source de chaleur, ces matériaux restitueront la chaleur emmagasinée et contribueront donc à leur tour au chauffage du bâtiment.

L’inertie thermique me sert donc à faire des économies d’énergie, à moins chauffer, et donc à moins dépenser.

Tout à fait Tom, mais pas seulement ! L’intérêt de l’inertie thermique est aussi celui du confort : une maison à faible inertie thermique sera très vite froide en hiver et très vite chaude en été. Avec une forte inertie thermique, vous conservez une température constante toute la journée et toute l’année.

 

Comment obtenir une forte inertie thermique pour votre bâtiment ?

Ce sont les matériaux que vous utilisez lors de la construction de votre habitat qui détermineront l’inertie thermique de ce dernier. Deux paramètres rentrent essentiellement en compte :

  • La diffusivité thermique : vitesse à laquelle la température du matériau va évoluer
  • L’effusivité thermique : capacité d’échange en énergie thermique avec l’environnement

Les matériaux à préconiser sont donc ceux présentant une faible diffusivité, de manière à ce que la restitution d’énergie dure dans le temps, et une forte effusivité afin d’accumuler au maximum l’énergie thermique provenant de l’extérieur.

Retrouvez quelques exemples de matériaux avec leurs caractéristiques dans le tableau comparatif ci-dessous :

 

Comparatif Ouate de cellulose Bois fibre souple Laine de verre Paille
Conductivité thermique (λ) 0,039 0,039 0,039 0,05
Déphasage (pour 20 cm) 12 heures 7 heures 5 heures  8 heures

Le bilan de Tom :

L’inertie thermique influe directement sur les consommations de chauffage ou de climatisation et se trouve donc être une notion essentielle dans une démarche d’économie d’énergie.

Elle n’est pas à négliger face à la ventilation ou l’isolation qui peuvent vite s’avérer inefficaces s’ils ne sont pas complétés par une bonne inertie thermique. Il est donc nécessaire d’anticiper cette problématique afin de bien cerner les besoins de vos chantiers.

Partagez cet article
Share on Facebook
Facebook
0Share on LinkedIn
Linkedin
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
 

Publié par Florian Brunet-Lecomte le 2/10/13

Laissez un commentaire :